Mes recherches ont pour objectif le traitement du noir, en matière, en geste, en densité, et sa mise en scène dans un espace soumis à une légère torsion.

Exclusivement monochrome, cet espace est défini, cerné, mis sous tension par l'intrusion des bords dans la composition.

 

My research focuses on the treatment of the black, in matter, in gesture, in density, and its staging in a space subjected to a slight twist.

Exclusively monochrome, this space is defined, surrounded, energized by the intrusion of the edges in the composition.

Née à Paris en 1968, Marie De Rocca Serra passe son enfance à Belleville. Elle étudie les arts plastiques à l’université Paris VIII où différentes sections se croisent : théâtre, poésie, photographie. Elle participe à l’atelier de Michèle Casanova « Actes Plastiques » (université Paris VIII) ainsi qu’à à l’atelier de Joe Neill (Parsons School of design/ Ecole américaine des Beaux-Arts).

Chaque année depuis 2000, Jean-Richard Mattes, expert pour la vente « Création Contemporaine » de l’Hôtel Drouot, l’invite à faire partie du panel des artistes choisis.

Le Salon des Réalités Nouvelles l’expose en 2004 et 2005.

Depuis 2007, la Galerie Menouar suit régulièrement son travail et la présente au Salon Affordable (Art Fair). Ses œuvres sont également présentes sur les cimaises de la galerie, lors d'expositions de groupes ou d’expositions personnelles.

En 2013, elle est invitée par la directrice du Musée de la Poste à participer à l’exposition collective « Correspondances ». Cette même année, elle expose également au Musée du Montparnasse où elle présente deux toiles lors de l’exposition « les Utopies Invisibles ».

En 2016, elle est repérée par Michèle Destarac et expose à ses côtés au Salon Comparaisons (groupe abstraction lyrique) en 2017, 2018, 2020.

En 2017, elle reçoit l’un des Grands Prix de la Fondation Taylor (Prix Lucie Rivel).

En 2018, elle est sélectionnée pour exposer au Salon de Garches.

Depuis 2019, la  galerie Papiers d'Art et la galerie Olivier Nouvellet la représente.

Born in Paris in 1968, Marie De Rocca Serra spent her childhood in Belleville. She studied plastic arts at Paris VIII University where theatre, poetry, photography are mingled. She was involved in Michèle Casanova’s workshop “Actes Plastiques” (Paris VIII University) as well as in Joe Neill’s (Parson School of design/Ecole américaine des Beaux-Arts).

Every year since 2000, she has been invited to join the group of selected artists by Jean-Richard Mattes, expert for the Hôtel Drouot ‘s “Création Contemporaine” sell.

She exhibited in “Le Salon des Réalités nouvelles” in 2004 and 2005.

Since 2007, the Menouar Gallery has been regularly following her and exhibiting her work in the Salon Affordable (Art Fair). Her paintings are mounted on their walls for group or solo exhibitions.

In 2013, she was invited by the “Musée de la Poste” to participate in the collective exhibition “Correspondances”. That same year, she also exhibited in Musée du Montparnasse where she displayed two paintings for “Les Utopies Invisibles” exhibition.

In 2016, she was spotted by Michèle Destarac and co-exhibited with her in the Comparaisons exhibition ( “abstraction lyrique” group)  in 2017, 2018 and 2020.

In 2017, she was rewarded by the Grand Prix “Lucie Rivel” of the Taylor Foundation.

In 2018, she was selected for the “Salon de Garches” exhibition.

Since 2019, both the Gallery “Papiers d’Art” and the Gallery Olivier Nouvellet have been representing her.

Marie De Rocca Serra n’attaque pas sa toile, elle ne l’envahit pas : elle l’investit.
Engagée dans un face à face intense, noir contre noir, l’artiste tente l’aventure de l’inconciliable, mettant en scène la sensualité de la matière et l’immatérialité du noir absolu.
Dans ce moment de vérité suprême, notre regard est capturé par un simple trait de lumière qui vient pourfendre l’équilibre de cette équation réunissant l’ascèse et le lyrisme.

Marie De Rocca Serra does not attack her canvas, she does not invade it: she invests it.

Engaged in an intense face to face, black against black, the artist tries the adventure of the irreconcilable, staging the sensuality of the matter and the immateriality of absolute black.

In this moment of supreme truth, our gaze is captured by a simple line arising and slaying the balance of an equation gathering esceticism and lyricism

Michèle Destarac

2018

"L'entraperçu

 L'inachevé

 Le presque rien

 L'infime

 L'indicible

 Le subtil

 Le je ne sais quoi

 L'irréversible

 L'invisible

 L'impensable

 L'imprescriptible

 L'occasion

 L'urgence

 Avoir été

    La musique

         du

       silence"

 

Poème dédié  à l'oeuvre de Marie De Rocca Serra

Sonia Branglidor

poète

2015

"The perceived impediment

 The unfinished task

 The almost nothing

 The tiniest bit

 The unspeakable

 The subtle one

 The I don't know what

 The irreversible

 The invisible one

 The unthinkable

 The imprescriptible

 The opportunity

 The emergency

 Have been

    The music

         of the

       silence"

 

Poem dedicated to the work of  

 Marie De Rocca Serra

Sonia Branglidor

poet

2015

"Dans la peinture de Marie De Rocca Serra, il y a quelque chose de déstabilisé, sans repère; d'in-fini, l'incroyable chavirement intérieur à la vue du funambule sur son fil. Ses toiles noires nous enserrent, nous renversent dans un espace qui se transfigure.

La couleur noire de Marie De Rocca Serra coule, se sculpte, s'envole. Elle danse, hésite, s'étend, se déchire. Elle vit."

 

Martine Raud

L'express

2013

"In the painting of Marie De Rocca Serra, there is something destabilized, without landmark; the infinity, the incredible inside capsizing at the sight of the tightrope walker on her wire. Her black paintings enclose us, overthrow us in a space that is transfigured.

The black colour of Marie De Rocca Serra flows, is sculpted, files away. She dances, hesitates, spreads, tears. She lives."

 

Martine Raud

L'express

2013

"Les toiles abstraites de Marie De Rocca Serra sont comme une libération de la parole bâillonnée, un sursaut de vie. 

L'artiste démultiplie et diversifie le noir avec élégance et raffinement : tantôt bruts, tantôt précieux, mats ou brillants, ses noirs créent l'espace et le mouvement tout en virant, parfois, au bleu. "

 

Sarah Pellé

historienne d'art et curatrice de l'exposition "correspondances"

 Musée de la Poste 2013

texte écrit pour l'exposition

"The abstract paintings of Marie De Rocca Serra are like a release from the gagged word, a burst of life.

The artist multiplies and diversifies black with elegance and refinement raw, sometimes precious, matt or brillant, its blacks create space and movement while sometimes turning blue."

 

 

Sarah Pellé

art historian and curator of the exhibition"coorespondances"

 Musée de la Poste 2013

text written for the exhibition